Martinique

Habitation

La Salle

On y va pour...

Visiter une ancienne sucrerie entièrement reconstituée

La beauté du site

Le petit musée du café

Où les trouver ?

Commune : Sainte-Marie

Logo distillerie Saint-James

Qui sont-ils ?

Propriétaire :
Distillerie Saint-James

à l’origine :
Chevalier Jacques Guillaume Seguin de La Salle

Une découverte surprenante

Pour étendre la surface de ses chais, la distillerie Saint-James achète les terrains à proximité de ses champs. Mais dès le lancement des travaux, on s’aperçoit très vite que ça ne sera pas un chantier comme les autres. Pioches et pelleteuses dévoilent un trésor enfoui et plutôt ben préservé : c’est l’Habitation La Salle, une sucrerie du 17ème siècle !

Habitation La Salle

Carnet Pratique

S’organiser

  • Entrée payante
    5 €
  • Horaires :
    Samedi et Dimanche de 9:00 à 17h00
  • Déroulé de la visite :
    Un parcours de plusieurs bâtiments d'une ancienne sucrerie réhabilitée
  • Téléphone :
    +596 596 69 50 37

Révélations

Un lieu incontournable

Ce qui devait être un projet d’extension se transforme en un vaste chantier de réhabilitation du patrimoine qui a duré pas moins de 4 ans.

L’Habitation restaurée a été inaugurée en Septembre 2019. Pour l’avoir visitée, je peux vous dire que c’est un des plus beaux sites historiques de la Martinique. Un incontournable !

L’Habitation La Salle est à moins de 5 minutes en voiture de la distillerie Saint-James On peut donc facilement combiner les deux. Si vous en avez la possibilité, prenez le Petit Train des Plantations qui achemine en quelques minutes les visiteurs à travers les champs de cannes, de la distillerie Saint-James à l’Habitation.

Préparer sa visite :
audioguide ou plan à télécharger

L’entrée est à 5€ et un audioguide est disponible grâce à un QR code à flasher à l’entrée ou sur le site Izi Travel.

On peut aussi télécharger le plan de l’Habitation au format PDF à partir du site web des rhums Saint-James. Sinon, il y a un plan d’orientation au démarrage de la visite.

L' Accueil

On accède à l’Habitation par un pont métallique qui enjambe la rivière Sainte-Marie, avec vue dégagée sur les champs de canne de Saint-James. La petite rivière contourne le site qui lui-même couvre une superficie d’un hectare.

La dame qui nous accueille est formidable. Elle se montre disponible – bon, il faut dire qu’il n’y avait pas grand monde – et répond volontiers à nos questions, nous fait des recommandations sur la visite et aussi des suggestions sur les autres choses à voir aux alentours de l’Habitation.

Pont de l'Habitation La Salle
canne à sucre

La visite de
l'Habitation La Salle

La visite est libre. On en profite pour y aller à son rythme.

On peut prendre le parcours préconisé par l’audioguide et suivre les étapes de production du pressage de la canne pour sa transformation en sucre, et la transformation de la mélasse (le résidu de transformation du sucre) en rhum, pour terminer par les chais de vieillissement.

Sinon, vous pouvez tout simplement improviser.

Avec les bâtiments de production, les chais, les entrepôts, la boutique avec son espace détente et dégustation, le petit musée dédié à l’historique du café à la Martinique, comptez bien 1h30 à 2 heures.

Allez zou, on est parti !

uN Voyage 3 siècles en arrière

Le site est flambant neuf. Paradoxal pour un lieu vieux de 3 siècles !

En fait, la restauration est récente et l’endroit est particulièrement bien tenu. On a l’impression de se retrouver dans une ferme, les bruits, l’animation, les fumées et les odeurs en moins.

Tout de suite on est happé par les allées accueillantes, et la beauté des bâtiments aux toits rouges et aux murs de pierre, la pelouse bien entretenue avec ses bancs ça et là, pour se poser. 

Le terrain est plat ; très pratique quand on a de jeunes enfants ou des problèmes de mobilité.

A l’Habitation La Salle, on a le rendu le plus vivace et le plus complet de ce à quoi pouvait ressembler une sucrerie martiniquaise il y a quelques siècles. En général, ce que l’on peut voir des anciennes sucreries, ce sont des vestiges, des restes d’objets et des gravures. C’est un peu théorique et il faut un gros effort d’imagination pour se faire une idée de la vie d’une sucrerie. Là, on a presque l’impression d’y être.

L’Habitation La Salle restitue le complexe agro-industriel de la sucrerie.

On n’y verra pas ce qui constituait l’habitat, comme la maison de maître ou la maison du géreur de la sucrerie. D’une manière générale, dans les grandes habitations, la maison de maître est en retrait de la production — c’est plus confortable. Elle est également construite en hauteur, ce qui permettait au maître d’avoir une vue sur son domaine.

L’habitat des esclaves est invisible lui aussi, mais c’est presque toujours le cas, puisqu’il était élaboré à partir de matériaux périssables (terre et végétaux), contrairement aux maisons de maître qui elles, étaient en pierre (en tout cas pour celles dont on a encore la trace).

Le passé de
l'Habitation La Salle

Un Village de Kalinagos

Avant d’être une sucrerie où l’on distillait un peu de guildive (l’ancêtre du rhum), puis une usine à sucre au début du 20ème, le site de l’Habitation Lassalle était occupée par un grand village d’Amérindiens, les Kalinagos. D’après les fouilles archéologiques, la présence des Kalinagos remonte au moins au 5ème siècle.

Avec l’arrivée des Français en 1658, les Kalinagos ont été tués ou se sont repliés sur l’île de la Dominique, au nord de la Martinique. Leurs terres sont distribuées aux colons qui y ont établi des habitations pour y cultiver du cacao, du café, du tabac et plus tard, de la canne à sucre.

Champ de canne

De la sucrerie à l’usine centrale

L’Habitation s’appelle d’abord Sucrerie Survilliers. Elle est la propriété de Claude de Laguarigue de Survilliers. Originaire de l’île de Saint-Kitts, il s’installe à Sainte-Marie et épouse une certaine Luce de La Salle.

En 1786, le Chevalier Jacques Guillaume Seguin de La Salle rachète l’habitation et lui donne son nom. L’Habitation restera dans la famille jusqu’en 1885, période à laquelle la Martinique entre dans l’ère des grandes usines centrales et passe d’une économie sucrière à une économie rhumière.

Champ de canne

Une cuvée spéciale La Salle

Avec l’inauguration de l’habitation, Saint-James a créé deux nouvelles cuvées. Ce sont des rhums vieux avec un boisé plus prononcé que le reste de la gamme Saint James :

  • Cuvée La Salle XO
    Extra Old : au moins 6 ans de vieillissement
    Boisé, avec des notes de torréfaction et avec une grande longueur en bouche, entre puissance et rondeur, arômes grillés évoluant vers une finale de fruits à noyaux macérés et de fruits secs
Habitation La Salle : sucrerie
  • Cuvée La Salle VSOP
    Very Special Old Pale : 4 ans de vieillissement minimum
    Fruité et subtilement épicé avec des notes gourmandes légèrement toastées et torréfiées soutenues par une finale au boisé franc
    ....................
Rhum La Salle VSOP
"Les cuvées La Salle ont été conçues en nous inspirant de ce lieu magnifique et de l'histoire de cette ancienne sucrerie, entre fondations de pierre, de feu, d'eau et de canne à sucre. Après d'un vieillissement de plus de six ans en fûts de chêne sélectionnés, cette Cuvée Hors d'Âge agricole au boisé enveloppant, offre une grande longueur en bouche au fruité remarquable."
Marc Sassier, œnologue à Saint-James
Marc Sassier
Œnologue Saint-James
Habitation La Salle

Bon à Savoir

Y aller...

Adresse

RD 24
Case Jules
97230 Sainte-Marie

Contact

Téléphone : +596 596 69 50 37

Site web : Distillerie Saint-James

Horaires

Sam. et Dim. : 09:00 – 17:00

Quoi voir à proximité

icon volkswagen beetle car

– Sainte-Marie –

Distillerie Saint-James

– Sainte-Marie –

Musée de la Banane

– Trinité –

Château Dubuc

– Trinité –

Domaine Saint-Aubin

Notre page vous plaît ? Partagez-la !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Close